L’Ile-Saint-Denis Écoquartier Fluvial

PK

Prix d'Avenir du Palmarès National des Ecoquartiers 2011

Quartier prototype des nouveaux quartiers urbains 2009


Emprise écoquartier : 22 ha
Emprise ZAC Bi-sites : 13 ha
Montant de l'opération : 85 M€ HT
Schéma directeur : 2006-2007
Création Zac bi-sites : 2009
Travaux : 2012-2022


Mixité fonctionnelle, sociale et générationnelle.
1000 emplois / 1000 logements

Logements : 90 000 m²
Bureaux : 14 800 m²
Commerces : 6 400 m²
Ateliers : 8 200 m²
Equipements : 23 600 m²
Activités : 3 000 m²

L’imbrication des programmes contribue à un quartier animé.

Un quartier faisant lien entre centre ville, quartier sud, et les communes voisines
4 séquences aux identités paysagères variées, en fonction de leur programme et du contexte urbain, se succèdent.
L’écoquartier est ainsi rythmé par cette diversité d’ambiances, de repères et de panoramas, où chaque séquence invite à la suivante.
Une réflexion approfondie sur l’eau, la biodiversité, l’énergie et la mobilité a été menée  afin d’assurer l’exemplarité de l’écoquartier dans le temps.

Un paysage sans cesse redessinée par les eaux
Les berges adoucies jusqu’à la Seine, reconstituent un espace naturel humide propice à la biodiversité.
100% des eaux pluviales sont réutilisées pour économiser l’eau potable et animer l’espace public, sans rejet dans les réseaux.
Un parcours pédagogique autour de l’eau est imaginé sur l’ensemble de l’écoquartier.

Un Cahier des charges énergie ambitieux, indexé sur la réglementation thermique
80% de bâtiments passifs. 20% BEPOS.
Le calcul d’énergie renouvelable est effectué globalement pour chaque phase.
« De l’écoquartier à l’écov’île » : le réseau du chauffage urbain alimente le centre-ville via l’écoquartier. Un pompage géothermique optimise ce réseau afin d’atteindre 60% d’ENR.

Quartier sans voiture et mobilité verte
Le quartier est réservé aux modes doux et transports fluviaux. 4 centrales de mobilité mutualisent les stationnements et proposent des voitures en auto-partage. Ces pôles multimodaux, véritables lieux d’échange à l’échelle du quartier, intègrent des services pour les habitants : espaces de livraison, atelier de réparation vélos, conciergerie, locaux pour l’économie sociale et solidaire.

Valorisation des contraintes en ressources durables
Une réserve naturelle humide assure la continuité biotique entre les deux berges, dans la zone non constructible située sous les lignes à haute tension.
Un écran photovoltaïque sur le viaduc autoroutier neutralise les nuisances sonores et produit de l’énergie renouvelable.
Des bassins accueillant faune et flore confinent les spots les plus pollués et recréent un nouveau biotope.